L'art de la drague à la sauce créole

L'art de la drague à la sauce créole

Aborder un(e) bel(le) inconnu(e) sur un territoire étranger peut rapidement devenir un véritable parcours de combattant sans une bonne maîtrise du dialecte local. A l’île Maurice, les vacanciers ne sont jamais à l’abri d’une belle rencontre, sur les plages, en ville, dans les centres commerciaux, au marché voire dans les petites ruelles. Que ce soit pour draguer une fille dans les rues ou aborder un bel homme dans un club à Grand Baie, il vous faut absolumnt avoir une petite notion de la langue créole. Courtiser une personne en utilisant sa langue natale ne peut d’ailleurs que jouer en votre faveur. Alors autant apprendre l’essentiel !

Les vocabulaires à éviter

Pour évoquer la beauté d’une mauricienne, le terme “mari belle” est peu recommandé. En créole, cela signifie bien évidemment “belle” mais surtout “grosse” donc à proscrire. A la place, les mots comme “zoli” ou “cocasse” sont plus appropriés car ils signifient tous deux “mignons” en créole.

Dans les rues ou sur les plages, les interpellations et les sifflements du genre “pst-pst”, “tsk-tsk” ou encore “fiou-fiou” sont quasiment inefficaces. A vrai dire, cette vieille habitude colle toujours à la peau de certains hommes, Mauriciens et étrangers. Mais les Mauriciennes ne semblent pas vraiment appréciées cette technique. Mieux vaut prendre son courage à deux mains et tenter une approche plus terre à terre, au risque d’essuyer un “non” catégorique voire une “bez enn klak, flak!”.

Par ailleurs, éviter d’approcher une “zoli trannsink” (belle fille) ou un “zoli garson” venu en groupe dans un club, un restaurant ou tout autre endroit public, au risque de repartir les mains vides à votre place. Jouez plutôt sur la séduction à distance en cherchant un contact visuel dans un premier temps, pour ensuite tenter un rapprochement dès que l’occasion se présente et que la personne qui vous plaît se retrouve seule.

Les bonnes techniques d’approche

Il y a mille et unes façons d’aborder une personne que vous ne connaissez pas à l’île Maurice, mais avec laquelle vous souhaitez sympathiser. En voici quelques-unes qui pourraient marcher :

  • Le classique : “Bonzour, ki manyer ? Monn trouv ou depi loin, monn gagn enn flash dan mo lizye telman ou zoli” – “Bonjour, comment ça va ? je vous ai remarqué(e) de loin, j’ai été aveuglé par votre beauté”.
  • Le ségatier old school : “Kan mo koste kot twa mo leker fer boum boum boum” – “Quand je suis près de toi, mon coeur fait boum boum”.
  • L’enthousiaste : “Kozer! Ki pozisyon ? Dresser partou ? Vini, nou al bwar enn ti la biere ansam do!” – “Salut! ça roule ? A l’aise, Blaise ? Allez viens, allons nous jeter une petite bière ensemble!”
  • Le Bod’lair” : “Zoli Malbaraise aux yeux de braise, mo anvi dans sega ar twa dan kwin la braise” – Belle Malbaraise aux yeux de braise, je voudrais danser le séga avec toi au coin de la braise”.
  • Le Gary Victor : “Hey zoli mamzelle (ou garson), dir mwa ki fer ou tou sel ?” – “Hey jolie demoiselle (jeune homme), dis-moi pourquoi tu es seul(e) ?”.
  • L’amoureux éperdu et perdu : “Marye mwa, mo kontan li!” – “Marie-toi avec moi, je t’aime!”
  • Le raggadansall : “Yessai, kaver part ? Tou serye la sista (ou broza) ? Hey, to pa le nou al get sa concert ‘bat dan tet’ la ? Kifer non ?” – “Yessai, que se passe-t-il partenaire ? Tout va bien là, ma soeur/mon frère ? ça te dit de venir avec moi au concert ‘bat dans la tête ? Pourquoi pas ?”.
  • Le Komiko poétique : “Ti es belle comme un zirondelle sur un pye citronnelle”
  • L’internaute ou le social worker : “Au le ternel et pituer de moi ce coeur me caperache au la bel lunes je t’aime”.

Déclarer sa flamme à un(e) Mauricien(ne)

Si les trois mots magiques “Je t’aime” fonctionnent un peu partout dans le monde, c’est qu’ils doivent aussi se faire comprendre jusqu’à l’île Maurice. Néanmoins, pour plus d’originalité dans votre déclaration, vous pouvez opter pour l’expression “mo kontan twa”. Attention toutefois à l’utilisation des variantes qui ont un sens très différent de ce que vous voulez sous-entendre. Par exemple, “Mo byen kontan twa” veut dire “Je t’aime beaucoup”, idéal pour tisser un lien d’amitié avec un créole. Par contre, “Mo mari kontan twa” signifie “Je t’adore”. Enfin, “Mo kontan twa wadire monn sorti Brown Sequard” se traduit par “Je t’aime comme un fou”.

Les petits noms qui plaisent

Ailleurs comme à l’île Maurice, on aime aussi donner des petits noms/surnoms mignons à son/sa bien-aimé(e). En créole, on dit aussi “ti noms gâtés”. Mais abstenez-vous de les utiliser dès la première rencontre, attendez de fréquenter votre moitié plus régulièrement pour adopter ces quelques appellations.

  • “Mo gate” : mon/ma chéri(e)
  • “Mo ti shipek lamour” : mon petit shipek d’amour (une sorte de chips chinoise à la crevette)
  • “Mo lamour” : mon amour
  • “Mo ti lera dou” : mon petit rat doux
  • “Mo zoli bouldou” : ma jolie belle douce
  • “Mo koko sek” : mon coco sec
  • “Mo poutou” : mon poutu (un petit gâteau typiquement mauricien)
  • “Mo doudou” : mon doudou
  • “Mo pate fondan” : mon pâté fondant
  • “Mo mimi satt” : mon petit chat
  • “Mo gato piman” : mon gâteau piment

Vous l’aurez remarqué, les Mauriciens ont une nette préférence pour les petits noms qui ont trait à la nourriture. C’est normal, ils aiment manger et ont d’ailleurs une gastronomie très exceptionnelle qu’ils n’hésitent pas à mettre en valeur jusque dans leur intimité.

Le coin idéal pour un premier rendez-vous

Une fois l’affaire dans la poche, il va maintenant falloir trouver un endroit romantique pour discuter en tête-à-tête avec l’élu(e) de votre coeur. Si la plupart des Mauriciens aiment beaucoup “frekente” à bord d’une voiture garée dans les champs de canne, ou dans les buissons, ces endroits ne conviennent pas toujours pour un premier rendez-vous. Optez plutôt pour un pique-nique au bord de la mer, autour de quelques amuse-bouches “gajaks” et une bouteille de vin. Un moment romantique durant lequel vous lui parlerez de la beauté de son île tout en lui soutirant quelques vocabulaires typiques de l’île Maurice.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − dix =